L’immobilier et les EnR, locomotives confirmées du crowdfunding en temps de crise

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Lumo)

Tous secteurs confondus, le financement participatif pourrait drainer un volume d’épargne de 800 M€ à 900 M€ cette année, soit jusqu’à 30% de plus qu’en 2019 (630 M€), prévoit Jérémie Benmoussa, à la tête de la plateforme Fundimmo et président de l’association Financement Participatif France (FPF). Une prévision faite en marge de la présentation d’une étude qualitative du cabinet d’études Kantar sur le rôle du financement participatif dans la relance.

En période de crise, l’immobilier (60% de la collecte totale) et les infrastructures d’énergies renouvelables tirent bien leur épingle du jeu, plus que l’investissement dans les entreprises, lesquelles inspirent de la prudence aux épargnants. Un fonds de garantie pour protéger les investisseurs et « prévenir les prochaines casses » est d’ailleurs souhaité par FPF. 

Initiatives transfrontières ?

L’immobilier et les EnR, déjà locomotives du crowdfunding avant le coronavirus, profitent donc encore un peu plus de leur dimension « sécurité ». Ce que confirme ...