L’armée fait un peu plus de place aux éoliennes

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Dassault Aviation)

L’armée française fait un geste en faveur des éoliennes. Elle vient de « libérer » 13,3% des zones d’entraînement de ses avions à basse altitude, après avoir fait de même en 2014 sur 14% de ces aires. Un communiqué du ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES) l’affirme, 9 000 km² « à fort potentiel éolien » peuvent désormais être étudiés par les développeurs de projets. Pour rappel, les secteurs d’entraînement à basse altitude de l’armée de l’air concernent environ 20% du territoire national. Il reste que ce « fort potentiel éolien » demande à être vérifié. En 2018, France Energie Eolienne (FEE) avait transmis au ministère des Armées une carte des zones à ouvrir prioritairement, car elles se trouvaient exemptes de contraintes lourdes comme la proximité d’un aérodrome ou d’une zone Natura 2000. « Nous allons examiner dans quelle mesure les zones que nous avions recommandées et celles retenues par l’Armée se recoupent. Nous saurons...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.