En redressement judiciaire, Exosun n’a pas dit son dernier mot

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Exosun)

Article modifié le 20 juillet 2017 après précisions de la société – 

Avis de gros temps pour Exosun, mais le leader français des trackers solaires a déjà traversé pas mal de tempêtes, dans sa période start-up. Il vient d’être placé en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Bordeaux avec une entrée en cessation de paiements au 30 juin 2017.

Basée à Martillac (Gironde) et paradoxalement située sur un marché mondial en plein essor et notamment aux Etats-Unis, cette société fondée en 2007 par Frédéric Conchy est confrontée à la guerre des prix qui touche tous les composants solaires. « Il faut être très compétitif pour gagner les contrats face à nos concurrents, ce qui nous oblige à restructurer l’entreprise pour qu’elle soit durable », indiquait le directeur général François Ménard à GreenUnivers en octobre dernier.

Une activité dynamique mais déficitaire

En 2014 et 2015, le chiffre d’affaires d’Exosun tournait autour de 20 M€. Il a atteint 35 M€ sur l’exercice 2015-2016. Surtout, Exosun dispose d’un carnet de commandes de 40 M€, selon le blog Tecsol. Sa capacité de production serait de plus de 2 GW par an. En revanche, et du fait de la baisse accélérée des coûts dans l’industrie photovoltaïque, le résultat est reparti ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.