Greenflex prend Ethicity sous son aile

Print Friendly, PDF & Email

L’année 2012 commence sous les meilleurs auspices pour la start-up parisienne Greenflex, société de services en développement durable (SSDD) : elle a non seulement dépassé son objectif de chiffre d’affaires mais elle boucle aussi une nouvelle acquisition en reprenant 55% du capital  d’Ethicity, cabinet de conseil en développement durable créé en 2001 par Elizabeth Pastore-Reiss. « Nous avons réalisé en 2011 un chiffre d’affaires de 50 millions d’euros, supérieur aux 35 millions auxquels nous nous attendions et, pour cette année, nous visons 75 millions d’euros. C’est une très belle croissance », se réjouit Frédéric Rodriguez, fondateur et actionnaire majoritaire de Greenflex avec plus de 60% du capital.

Le montant de l’investissement pour la reprise d’Ethicity n’est pas été dévoilé. Elizabeth Pastore-Reiss demeure présidente et actionnaire d’Ethicity et devient actionnaire du groupe Greenflex dont elle prend en charge la direction marketing et le développement.

Diversification sur de nouveaux marchés

Cette acquisition doit permettre aux deux sociétés de proposer à ses clients une offre intégrant conseil et outils. Si jusqu’à présent Greenflex s’est intéressé surtout aux grands comptes, comme Casino, la SNCF ou Danone, l’entreprise souhaite désormais se diversifier. Au printemps, elle proposera une offre spécifique de développement durable pour les grosses PME et prépare pour le deuxième semestre, un service de leasing et financement 100% green.

Depuis sa création en 2009, Greenflex a déjà réalisé quatre acquisitions : trois en France et une en Espagne. Pour le rapprochement avec Ethicity, Frédéric Rodriguez met en avant la complémentarité des services : « Ethicity est un pionnier dans le développement durable au cœur de l’entreprise et vient renforcer notre équipe de consulting ».

Une forte présence à l’international

« Notre présence à l’international est un très fort relais de croissance. En Espagne, malgré la crise, les investissements dans le développement durable sont importants. Nous sommes déjà présents en Madrid et en Barcelone », poursuit Frédéric Rodriguez pour qui les activités de Greenflex à l’international en 2012 pourraient atteindre environ 10 millions d’euros de chiffres d’affaires.

Greenflex est aussi présent au Bénélux. S’il souhaite consolider sa présence en France cette année, pour 2013, le cap est déjà fixé vers l’Allemagne et le Royaume-Uni.