Batteries lithium-ion et véhicules électriques : prévisions de ventes

Print Friendly, PDF & Email
chrysler-a123-battery-lithium-photo25
© Chrysler

Avec le développement des véhicules électriques, les batteries lithium-ion, qui devraient être la technologie dominante, devraient, selon Pike Research, décupler en 5 ans pour atteindre 8 milliards de dollars de ventes d’ici 2015, contre 878 millions de dollars prévus en 2010. Une prévision plus optimiste que celle du cabinet Lux Research qui prédit 510 millions à 9 milliards de dollars, mais en 2020, selon le cours du pétrole.

Et les deux instituts prédisent une division par deux du prix des batteries lithium-ion d’ici 5 ans (pour Pike) à 10 ans (pour Lux).

Pour Pike, à court terme, le marché des voitures électriques dépendra largement des aides publiques : 2012 sera l’année-clé, quand la consommation privée devra prendre le relais des subventions qui diminueront.

Le prix des batteries lithium-ion sera déterminant pour le succès des voitures électriques, car ce sera leur coût qui constituera l’essentiel du supplément par rapport aux voitures classiques. Selon l’étude, leur prix baissera de  50% en cinq ans, en passant de 940 dollars par kilowatt-heure (kWh) en 2010 à 470 dollars par kWh en 2015.

Le Japon, un leader des batteries pour les véhicules hybrides, continuera à jouer un rôle de premier plan tandis que la Chine et la Corée deviendront aussi des fournisseurs importants de batteries. Il y a pour l’instant plus d’une demi-douzaine de types de batteries, mais Pike Research anticipe une consolidation du marché.

Lux plus pessimiste

Une autre étude du cabinet Lux Research, d’octobre 2009, estime que tout dépendra du prix du baril de pétrole.

Lux souligne d’abord que ce sont les batteries au lithium-ion qui sont responsables à 80% du surcoût des voitures tout-électriques, alors que les voitures hybrides-électriques (avec un moteur électrique d’appoint rechargé par le moteur à essence, comme la Prius) utilisent des batteries nickel-métal hydride (NiMH), moins coûteuses.

Lux Research prévoit que le coût des batteries lithium-ion passera de 721 dollars par kWh en 2010 à environ 405-450 dollars/kWh d’ici 2020 grâce à une production en masse.

En revanche, la demande de voitures électriques dépendra du cours du pétrole, prévient Lux, qui a élaboré trois scénarios : un baril à 70 dollars, à 140 dollars ou à 200 dollars en 2020.

Dans les trois scénarios, les ventes d’hybrides-électriques atteindront 2,9 à 3,7 millions d’unités, tandis que les petites voitures hybrides-électriques « plug-in » (qui se rechargent sur une prise de courant ), dites PHEV, ne commenceront à décoller qu’à partir d’un baril de brut à 140 dollars et, si le baril est à 200 dollars, atteindront 2 millions d’unités pour 2020.

Les gros PHEV et les véhicules tout-électriques devront eux voir le baril atteindre 200 dollars pour que leur ventes montent à respectivement 520.000 et 290.000 unités — à cause du coût de leur batteries lithium-ion.

Contraste selon les pays

Par région, avec un baril à 200 dollars, les petits PHEV seront les voitures propres les plus demandées et  atteindront 1 million d’unités vendues aux Etats-Unis — mais si le baril est moins cher, les ventes de voitures électriques et PHEV resteront à la traîne.

Au Japon, si le baril est à 200 dollars, étant données les subventions publiques, les véhicules hybrides-électriques et les petits PHEV représenteront des ventes d’un million d’unités en 2020.

En Europe occidentale, où les gouvernements aident davantage les solutions type diesel propre, ce seront les hybrides-électriques qui domineront les voitures propres quel que soit le prix du pétrole, avec en 2020 quelque 225.000 d’unités vendues pour un baril à 70 dollars et 750.000 unités pour un baril à 200 dollars.

En Chine, les aides publiques à l’essence empêcheront un vrai décollage des véhicules électriques quel que soit le prix du baril de brut sur le marché mondial, et ne dépasseront pas 700.000 unités même si le baril est à 200 dollars.

Même un succès relatif des hybrides-électriques qui se rechargent sur une prise et des véhicules tout-électriques auront un énorme impact sur le marché des batteries lithium-ion, dont les ventes atteindront en 2020 environ 510 millions de dollars pour un baril à 70 dollars, et plus de 9 milliards si le baril est à 200 dollars tandis que le marché des batteries nickel NiMH atteindra, selon les différents scénarios, seulement 1,3 à 1,6 milliard de dollars en 2020.