Réduire ses dépenses énergétiques : l’exemple de la Cité Descartes

Le bâtiment de la Cité Descartes à Marne-la-Vallée, qui accueille l’un des principaux pôles de recherche scientifique en France, fait figure de construction exemplaire dans un contexte de ville durable.

descartes5
(Crédit : Legrand)
Inauguré en 2012 et situé à Champs-sur-Marne en plein cœur de Marne-la-vallée, la Cité Descartes a été spécialement imaginée pour montrer l’exemple en matière d’efficacité énergétique.Ce vaste complexe immobilier, qui s’étend sur plus de 120 hectares, accueille aujourd’hui l’un des principaux pôles scientifiques d’Ile-de-France (Paris-Est). Le pôle accueille étudiants et chercheurs en sciences et techniques, mais aussi l’école nationale des Ponts et Chaussées, l’Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité (INRETS) ainsi que le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB).Une empreinte énergétique égale à zéro
descartes3
(Crédit : Legrand)
Classé bâtiment à énergie positive (BEPOS), le complexe immobilier de la Cité Descartes présente une consommation énergétique de 30 kWh par an et produit 32% d’énergie de plus par rapport à ce qu’il consomme. Cette performance est rendue possible par toute une panoplie d’équipements :

  • Une centrale photovoltaïque occupant toute la toiture du bâtiment (soit 13 000 m² de panneaux solaires)
  • Une pompe à chaleur sur échangeurs verticaux ou « sondes géothermiques verticales »
  • Un système de récupération des eaux de pluies
  • Une isolation renforcée
  • Un building management permettant de contrôler et gérer les équipements dédiés à l’éclairage…

En termes de réglementation, le bâtiment répond à la certification HQE (Haute Qualité Environnementale) et à la norme BBC (Bâtiment Basse Consommation). Il respecte donc les normes de la règlementation thermique en vigueur (RT 2012).Éclairage intérieur et diffusion de l’énergieEn tant que bâtiment tertiaire doté d’une architecture bioclimatique, la Cité Descartes a su tirer le meilleur parti des conditions géographiques et climatiques du site et de son environnement.

descartes4
(Crédit : Legrand)
L’architecture du bâtiment est ainsi composée autour de la recherche maximale de lumière naturelle dans les espaces de travail, grâce à des puits de lumière créés à l’intérieur du bâtiment. Les architectes ont pris le parti de déployer un bouclier solaire qui permet à la fois de capter cette énergie et de la diffuser dans les espaces de travail pour réchauffer l’air ambiant.Le bâtiment bénéficie aussi de « jardins suspendus » en son centre : un lieu calme qui s’apparente à un sous-bois. Alors que les salles d’enseignement donnent directement sur ces jardins, les équipes de chercheurs ont quant à eux un accès à vastes terrasses dominant l’espace vert. Ces espaces verts apportent un confort climatique aux occupants, notamment aux périodes chaudes.Poursuivez votre lecture sur les solutions innovantes d’optimisation de la performance énergétique des bâtiments sur le site Dialogue d’experts du groupe Legrand.Retrouvez les autres articles de la série « Efficacité énergétique : l’expertise de Legrand » :

(Publi-reportage)