Les débuts agités de l’éolien flottant [Dossier]

Print Friendly, PDF & Email
Source : Ideol

L’éolien flottant tente de se frayer un chemin entre partisans et détracteurs. Si la technologie promet un accès aux grandes ressources en vent au large des côtes, beaucoup de points restent à éclaircir sur ses conditions et perspectives de croissance, le secteur devant lui aussi promettre un prix de l’électricité compétitif.

L’attribution par les pouvoirs publics le 15 mai du premier parc français de taille commerciale, au sud de la Bretagne, s’apparente à un coup d’envoi officiel. Mais la décision n’a pas été simple. Plusieurs candidats, dont le premier lauréat sélectionné, se sont retirés. La compétition pour les deux parcs en Méditerranée a aussi connu ses premiers abandons.

La France a voulu prendre une longueur d’avance avec de premiers projets pilotes attribués dès 2016. Mais leur modèle économique est aujourd’hui rattrapé par l’importante hausse des coûts ayant touché le secteur de l’éolien en mer et qui a pesé sur la filière dans le monde entier.

Le potentiel du secteur est néanmoins suffisamment élevé pour attirer de nouveaux acteurs et convaincre des investisseurs. La possibilité de faire flotter des turbines laisse entrevoir des projets dans des géographies inaccessibles auparavant, même si la marche initiale à franchir pour cette nouvelle technologie est haute.

Article précédentDes turbines géantes et un prix bas pour l’éolien flottant français
Article suivantToitures solaires : Volta acquiert une compétence dans l’étanchéité