Hydrogène : l’intérêt public majeur n’aurait pas changé la donne

Print Friendly, PDF & Email
illustration
(c) – Pixabay

« Cela aurait pu faciliter certaines choses, mais ce n’est pas une défaite majeure », relativise Simon Pujau, responsable des relations institutionnelles de l’association France Hydrogène, interrogé sur la modification de l’article 4 du projet de loi sur les énergies renouvelables consacré à la raison impérative d’intérêt public majeur (RIIPM). L’hydrogène et les gaz bas carbone n’y figurent plus, selon toute vraisemblance et après les négociations du texte en commission mixte paritaire, à la demande du Parti socialiste en particulier.

Moins exposé que le solaire ou l’éolien

Convoitée par d’autres filières EnR, notamment l’éolien, car ...

Accédez à l'article complet

GreenUnivers, le média des professionnels de la transition énergétique.

Je m'abonne
  • Une veille quotidienne de l'actualité
  • Des baromètres et data exclusifs depuis 2008
  • Des invitations à nos conférences
Déjà abonné ?
Je me connecte

Article précédentLe bond de la France dans les PPA renouvelables
Article suivantPlus de 1 000 Mds$ pour la transition énergétique en 2022 [BNEF]