Enercoop voit son salut dans les contrats d’approvisionnement longs

Print Friendly, PDF & Email
Stabiliser. C’est le maître-mot d’Enercoop en cette fin d’année, à l’issue de plus de douze mois consécutifs d’agitation extrême chez lui et comme chez la plupart des fournisseurs d’énergie.
@Enercoop

Stabiliser. C’est le maître-mot d’Enercoop en cette fin d’année, à l’issue de plus de douze mois consécutifs d’agitation extrême chez lui comme chez la plupart des fournisseurs d’énergie. Ce mot d’ordre vaut aussi pour l’année prochaine. Pour survivre, le fournisseur coopératif a dû se résoudre à réduire son portefeuille de clients, passé à environ 90 000 contre 107 091 fin 2021. Et à demander un accès temporaire à l’électricité nucléaire, au titre des droits Arenh qu’il n’avait jamais activés. Le volume que vient d’accorder la Commission de régulation de l’énergie reste confidentiel. Il tient compte des anticipations des consommations pour 2023. Lesquelles sont prudentes, c’est-à-dire au même niveau que cette année : 620 GWh à 630 GWh doivent être commercialisés, comme en 2022.

Alors que la souscription de nouveaux contrats a été suspendue cette année, 7 000 à 8 000 clients supplémentaires pourraient être acceptés en 2023, sur une liste d’attente de ...

Article précédentL’agenda de la transition énergétique
Article suivantRéseau électrique : les effacements à la rescousse cette semaine