Le « oui mais » de la filière solaire au projet de loi EnR [Daniel Bour]

Print Friendly, PDF & Email
Le projet de loi voté par le Sénat pour accélérer les énergies renouvelables n’a pas été dénaturé, estime Daniel Bour, président d'Enerplan
@Assemblée nationale

Entretien avec Daniel Bour, président du syndicat des professionnels du solaire Enerplan et du développeur Générale du solaire –

C’est un succès pour le gouvernement. Voté vendredi 4 novembre par le Sénat à une écrasante majorité, par 320 voix contre cinq, le projet de loi pour accélérer les énergies renouvelables rejoindra l’Assemblée nationale dans un mois. De nombreux amendements ont été adoptés en séance publique mais l’esprit du texte n’a globalement pas été dénaturé, estime Daniel Bour. Plusieurs points posent quand même problème à ses yeux…

GreenUnivers : que pensez-vous du projet de loi EnR tel qu’il vient d’être voté par les sénateurs ?

Daniel Bour : avant tout, je me réjouis que ce texte, le tout premier consacré aux énergies renouvelables, soit adopté. Mon impression ? J’en retiens un ensemble de petites mesures dont l’addition devrait être favorable à l’essor du photovoltaïque, par exemple les encouragements aux toitures solaires, aux ombrières, l’ouverture des espaces près des routes. Et deux dispositions structurantes sur l’agrivoltaïsme et l’intérêt public majeur.

GU : l’agrivoltaïsme y est défini de façon prudente, selon l’approche de l’Ademe, assurant que la production agricole restera principale…

DB : cela ne ...

Article précédentAuraliance vise haut dans la rénovation et l’autoconsommation
Article suivantEfficacité énergétique : Demeter investit avec Perfesco