L’agrivoltaïsme avance sur un terrain accidenté

Print Friendly, PDF & Email
(c) Jacopo Landi

Et si l’agrivoltaïsme finissait par prendre le même chemin que l’éolien terrestre ? Alors que la définition de cette activité est en bonne voie, une entente définitive entre monde agricole et énergétique « pourrait ne pas suffire » si l’opinion publique ne soutient par la filière, avertit Michel Boucly, intervenant en tant qu’ancien directeur général délégué du groupe Avril à une table ronde organisée par France Agrivoltaïsme.

Se remémorant les débats sur le bilan environnemental des agrocarburants, ...

Article précédentAvocats : une nouvelle équipe énergie au cabinet Jeantet
Article suivantEngie va fournir Google grâce à l’éolien en mer