L’échange de droits à consommer : une procédure lourde de dernier recours

Print Friendly, PDF & Email
© Anne-Claire Poirier

Evoqué par la Première ministre devant le Medef, le mécanisme d’un marché d’échange des droits à consommer à utiliser comme dernier recours pour réduire les dépenses énergétiques des entreprises reste énigmatique.

Sur le plateau de BFM Business, le ministre de l’industrie Roland Lescure expliquait la semaine dernière qu’un système d’échange sur le modèle du marché des quotas de CO2 était au « niveau exploratoire ». Il viserait « les industriels qui ont l’habitude d’utiliser ce genre d’instruments ».

Des difficultés à court terme

Selon un porte parole d’Uniden, association représentant les industries utilisatrices d’énergie, le modèle ...

Article précédentL’Ademe cherche des industriels pour des audits d’effacement
Article suivant« La crise replace les syndicats d’énergie au centre du jeu » [Sigeif]