« La crise énergétique va générer des projets qu’on n’imaginait pas » [Energies Vienne]

Print Friendly, PDF & Email
Jacques Deschamps (crédit : Energies Vienne)

Entretien avec Jacques Deschamps, président d’Energies Vienne –

Les prix de l’énergie se sont envolés et la France cherche à réduire rapidement ses consommations. Dans ce contexte difficile, les territoires sont-ils prêts à accélérer le développement des projets de transition énergétique ? Lesquels ? Energies renouvelables, rénovation énergétique, autoconsommation, hydrogène… GreenUnivers publie une série de cinq entretiens réalisés auprès de syndicats d’énergie pour connaître leurs stratégies. Premier volet avec le syndicat Energies Vienne, qui compte 223 collectivités adhérentes avec un budget de 38 M€ en 2021. 

GreenUnivers : le contexte vous pousse-t-il à accélérer le développement des énergies renouvelables ? 

Jacques Deschamps : indépendamment du contexte, qui pousse en effet à accélérer, le syndicat s’est engagé dans les renouvelables il y a une vingtaine d’années déjà. Avec notre SEM* Sergies, fin 2021, nous avions des participations dans 14 parcs éoliens représentant 128 MW et dans 182 installations photovoltaïques pour 98 MWc. Dans l’hydroélectricité, nous sommes actionnaires à hauteur de 20% d’Hydrocoop, qui exploite une capacité de 350 GWh/an. Nous sommes aussi présent dans trois unités de méthanisation. Tout cela génère des retombées économiques qui nous permettent de déclencher d’autres actions, dans la sobriété en particulier. Mais sur le terrain, l’acceptabilité des projets ne s’améliore pas. Elle s’aggrave. La ...

Article précédentEn attendant la réforme du marché, l’Allemagne taxe les superprofits
Article suivantItalie : peu de place pour les EnR dans la campagne électorale