Biogaz : la filière biodéchets est en retard et désargentée

Print Friendly, PDF & Email
@Semoctom

Le gisement biogazier que représentent les restes alimentaires, évalué entre 5 et 9 TWh annuels par GRDF, est-il fiable ? Les exploitants de méthaniseurs pourront-ils compter sur lui ? Peut-être mais à l’échelon national, ce n’est pas pour demain. En tout cas pas pour le 1er janvier 2024, date à laquelle la loi Anti-gaspillage et économie circulaire de 2020 impose pourtant le tri à la source et généralisé des biodéchets, y compris par les ménages.

 « Tout le monde ne sera pas au rendez-vous et ce n’est pas si grave. L’important est d’être dans une bonne dynamique », a reconnu Vincent Coissard, sous-directeur pour les déchets et l’économie circulaire au ministère de la Transition écologique, lors ...

Article précédentL’UE veut plus de transparence sur la durabilité des entreprises
Article suivantUn nouveau fournisseur se lance, en pleine crise énergétique