Agrivoltaïsme : l’opposition grandit entre libéraux et régulateurs

Print Friendly, PDF & Email
Hôtel de Roquelaure © Pline, Wikimedia Commons

« Dans l’agrivoltaïsme, il faut d’abord bien réguler, pour aller plus vite ensuite », affirme Antoine Nogier, président de Sun’R, un pionnier de cette technologie. « Réguler pour aller vite ? Ce serait une première. Je suis curieux de voir cela », objecte David Portales, président de Green LightHouse Développement (GLHD) qui prévoit un premier grand projet agriPV en fin d’année prochaine. « La réglementation actuelle est assez claire. Un nouveau cadre n’est pas essentiel aujourd’hui », renchérit Antoine Dubos, directeur du ...

Article précédentÉolien terrestre : l’Allemagne passe à la vitesse supérieure
Article suivantAmélie de Montchalin va quitter un gouvernement en sursis