Trois industriels norvégiens associés dans les sous-stations H2 flottantes

Print Friendly, PDF & Email
@Tractebel-Engie

La convergence entre l’éolien flottant et l’hydrogène dépasse le stade des études comme celle coréalisée l’année dernière pour le gouvernement écossais par le français Innosea. Elle déclenche des alliances industrielles. Le pure player H2 français Lhyfe anticipe là-dessus avec Aquaterra Energy, spécialiste des solutions d’ingénierie offshore et l’entreprise de forage pétrolier et gazier Borr Drilling, aussi avec Doris Group de même qu’avec le développeur EnR allemand WPD. Mais en parallèle, des références de l’oil & gas et de l’industrie se préparent à mobiliser ensemble leurs puissants moyens.

En Norvège, plusieurs poids lourds viennent de s’associer pour ...

Article précédentCEE : cours au plancher, incertitude sur la production
Article suivantLes développeurs EnR se tournent vers l’hydrogène [Dossier]