Sepur avance dans la micro-méthanisation des biodéchets

Print Friendly, PDF & Email
@JPP

L‘échéance désormais toute proche du tri obligatoire des résidus alimentaires et végétaux stimule les initiatives énergétiques des industriels de la gestion des déchets. Dans un an et demi, tout le monde devra trier ses biodéchets dans des poubelles séparées, cette obligation s’appliquant dès 2023 aux producteurs de plus de 5 tonnes par an. Des installations géantes vont voir le jour en Ile-de-France, comme celle que Paprec prépare à Gennevilliers (Hauts-de-Seine).

Une dizaine de projets

Son concurrent Sepur, actif essentiellement en région parisienne et basé à Thiverval-Grignon (Yvelines), fait le choix de sites de plus petites tailles et de proximité, à installer notamment dans ...

Article précédentBâtiment : Certivéa se prépare à la nouvelle donne du tertiaire
Article suivantL’agenda de la transition énergétique