Les développeurs EnR se tournent vers l’hydrogène [Dossier]

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Siemens Gamesa)

La France vise un parc d’électrolyseurs de 6,5 GW à l’horizon 2030 et la question de leur alimentation en électricité va vite se poser. Même si le choix d’un approvisionnement décarboné – nucléaire ou énergies renouvelables – ne fait aucun doute, une inconnue demeure : comment la France peut-elle faire évoluer en parallèle son mix électrique et les usages de l’hydrogène ? Avec quelles synergies possibles ? Les développeurs-producteurs EnR n’ont pas attendu pour se poser la question.

Dans son dernier exercice prospectif à l’horizon 2050, RTE évalue à 50 TWh les besoins en électricité pour produire de l’hydrogène dans son scénario de consommation de référence. Soit 7,7% de la demande électrique. Pour les producteurs d’énergies renouvelables, les futures unités d’électrolyse de plusieurs centaines de mégawatts constituent assez naturellement des débouchés potentiels.

Plus largement, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité voit deux bonnes raisons de développer l’électrolyse. D’abord, du côté des usages, pour décarboner des secteurs difficiles à électrifier dans l’industrie et la mobilité lourde. Ensuite, côté production, pour contribuer à l’équilibre du système électrique en offrant une solution de stockage. Cette flexibilité s’avère d’autant plus « nécessaire » que le mix évolue vers une part conséquente d’énergies renouvelables. Si l’on considère en plus que les projets hydrogène comme les EnR sont ancrés dans leurs territoires, le développement conjoint des deux filières apparait comme une piste à suivre.

Mais le marché de l’hydrogène reste tout de même à apprivoiser. Il est très différent du solaire et de l’éolien : les usages de l’hydrogène sont encore limités, il n’y a pas d’infrastructures dédiées, le marché s’apparente à de la vente au détail et les consommateurs doivent presque être identifiés un à un. En attendant l’essor de l’hydrogène, l’enjeu est d’appréhender les modèles d’affaires et de prendre position pour être prêt à temps.

Article précédentTrois industriels norvégiens associés dans les sous-stations H2 flottantes
Article suivantNomeny expérimente le référendum éolien