Agrivoltaïsme : comment éviter un « développement irraisonné »

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Sun’Agri)

C’est un nouveau signe d’un intérêt croissant suscitant à la fois craintes et espoirs : les députés se sont emparés de la question de l’agrivoltaïsme. La commission du Développement durable avait en effet missionné la députée LREM du Finistère Sandrine Le Feur et le député LR du Jura Jean-Marie Sermier sur le sujet. Les deux parlementaires viennent de rendre publiques leurs conclusions sur une activité « peu connue dont la définition doit être précisée », jugent-ils dans la synthèse consultable ci-dessous. Pour eux, cette activité est « prometteuse pour atteindre nos objectifs de transition énergétique » et « contribue à sécuriser le modèle économique des exploitations agricoles », mais son « développement irraisonné » constituerait « un danger pour le secteur agricole ».

« Un simple alibi »

Premier enjeu : s’accorder sur ...

Article précédentEolien offshore : les enchères de New York atteignent des sommets
Article suivantEDF Re leader du premier appel d’offres éolien PPE2