Montpellier renonce aux bus à hydrogène, jugés trop chers

Print Friendly, PDF & Email
(c) ProChile

La Métropole de Montpellier a finalement renoncé à sa grosse commande de bus à hydrogène. Les responsables de l’agglomération ont préféré opter pour leurs équivalents à batteries électriques jugés bien moins coûteux d’utilisation. Cette décision ne fait pas les affaires de la filiale d’EDF Hynamics, qui devait fournir la station d’avitaillement.

6 fois plus cher

Le projet MH2 (Montpellier Horizon Hydrogène) prévoyait deux grandes vagues de mise en service : 21 bus à hydrogène dès l’année prochaine, et 30 bus supplémentaires en 2025, soit 51 bus en tout. Ils devaient être affectés sur quatre nouvelles lignes exploitées par TaM, le délégataire des transports en commun. Il associait ...

Article précédentHydrogène : H2V décroche sa première autorisation d’exploiter
Article suivantAgrivoltaïsme : 300 MW en préparation dans les Landes