Le cadre juridique se précise pour l’éolien flottant

Print Friendly, PDF & Email
(@ MTE)

Paru le 1er janvier au Journal officiel, un décret vient sécuriser un peu plus les projets éoliens en mer en complétant un texte paru en 2013 et en s’intéressant au plateau continental et aux zones économiques exclusives (ZEE), au-delà du domaine public maritime (DPM) limité à 12 miles nautiques depuis le rivage et là où seront installés des parcs éoliens flottants.

« Il était utile de préciser certains points, comme la caducité des autorisations ou l’instruction des demandes d’autorisations, pour savoir qui doit faire quoi et quand », fait remarquer Hélène Gelas, avocate associée du cabinet LPA-CGR. Ce que confirme Pierre Peysson, directeur France pour l’éolien en mer chez RWE :  «  Il va y avoir de plus en plus de ...

Article précédentMint Energie interpelé sur les réseaux sociaux
Article suivantLe « tiers-paiement » pour accélérer les rénovations