Petite hydro : des développeurs EnR sortent du bain

Print Friendly, PDF & Email
Certains développeurs multi-filières cèdent leurs installations en hydroélectricité. @Aude Richard

« Nous voyons encore des acteurs des énergies renouvelables multi-filières tenter d’investir dans des centrales hydroélectriques, mais peu y arrivent vraiment », note Simon Collot, manager des transactions hydroélectriques au sein d’Envinergy, cabinet de conseil et transactions, actif dans l’hydroélectricité et l’éolien. Les énergéticiens s’intéressent à l’hydroélectricité en vue d’agrégation et de distribution de l’électricité. « Ils investissent pour obtenir une valeur ajoutée sur la production électrique : développer l’autoconsommation d’un site, alimenter des bornes de recharge ou produire de l’hydrogène », ajoute Simon Collot.

Artea, Nouvergies et Serfim ENR

Parmi les dernières acquisitions, on peut citer ...

Article précédentAu port de Marseille-Fos, électrifier n’est qu’un début
Article suivantEnergie pour la mobilité : 4 start-up sur le devant de la scène