Solaire : Cetih modifie son capital, attend toujours un soutien public

Print Friendly, PDF & Email
Usine Systovi à Nantes (c) Romain Chicheportiche

La petite musique du « Fabriqué en France » commencerait à être entendue à en croire François Guérin PDG de Cetih, actionnaire du fabricant de panneaux solaires Systovi. L’entreprise nantaise se dote actuellement d’une nouvelle ligne de production pour répondre à une demande grandissante, portée notamment par l’autoconsommation, un segment de marché plus accessible aux produits hexagonaux. Mais le financement de son projet Belenos, qui prévoit 1 GW de capacité de production en 2025, n’est pas encore bouclé, l’engagement de la banque publique d’investissement se faisant encore attendre.  

Commercialisation au printemps

Les difficultés d’approvisionnements en panneaux photovoltaïques ont-ils poussé les développeurs à se retourner vers la production française ? « Il y a une petite musique qui commence à être entendue, particulièrement sur les projets ...

Article précédentHy2gen et GazelEnergie alliés dans l’e-kérosène à Gardanne
Article suivantLhyfe signe un partenariat pour l’hydrogène en mer