Xavier Caïtucoli lance un Spac ciblé « énergéticien renouvelable »

Print Friendly, PDF & Email
(c) Pixabay

Objets financiers en vogue aux Etats-Unis ces deux dernières années, parfois à l’origine de valorisations colossales pour de jeunes sociétés, les Spac ont débarqué en Europe et notamment à Paris. Ce sont des véhicules cotés en Bourse destinés à acquérir sous deux ans une ou plusieurs entreprises, comme le signale leur acronyme : special purpose acquisition company. L’intérêt est triple : 1) lever des fonds au moment où les marchés sont porteurs 2) éviter à la société cible une longue procédure d’introduction en Bourse 3) faire appel régulièrement aux marchés pour financer sa croissance. Les apporteurs de fonds misent sur une vision d’investissement et surtout sur la capacité des fondateurs du Spac à l’appliquer vite.

200 M€ pour une acquisition

En France, le premier Spac date de 2016 quand Xavier Niel (Free) et Matthieu Pigasse (Lazard, Le Monde…) ont lancé MediaWan, acquéreur de la société de production audiovisuelle AB Production. Deux autres ont été créés depuis sur la place parisienne, dont un second par Xavier Niel.

« La vague américaine arrive en France”, prédit Xavier Caïtucoli. Le ...

Article précédentDonnées et suivi énergétiques grand public : Homeys lève 1 M€
Article suivantVite vu