Vite vu

Print Friendly, PDF & Email

Vendredi 25 juin

Par amendement au projet de loi Climat-résilience, les sénateurs ont permis l’intégration de l’analyse de cycle de vie des produits dans le calcul des volumes et des primes des certificats d’économies d’énergie (CEE). Le but est de favoriser, par exemple, le recours aux matériaux biosourcés et le réemploi dans les opérations bénéficiant des CEE. Mais le gouvernement s’étant dit défavorable à cette mesure, il n’est pas certain qu’elle survive à la suite de l’examen parlementaire.

Toujours lors de l’examen du projet de loi Climat-résilience, les sénateurs ont adopté un amendement du gouvernement qui ajoute l’hydrogène à la liste des installations de production d’énergies renouvelables que peuvent aménager, exploiter, faire aménager et faire exploiter les collectivités locales.

Delta Dore annonce l’acquisition de l’allemand Rademacher afin de renforcer son activité smart home en Europe. En revanche, le spécialiste de la maison et du bâtiment connectés veut se séparer de son activité smart building dédiée à la gestion des énergies dans les bâtiments tertiaires.

La start-up grenobloise eBikeLabs a bouclé un tour de table de 1 M€ dont 900 K€ de fonds propres via la plateforme Wiseed et auprès de business angels et 100 K€ de subvention de l’Ademe. La société propose des solutions d’intelligence artificielle pour la maintenance, la sécurisation et la réduction des composants de vélos électriques.

Le président de la République Emmanuel Macron se rendra sur le site de Renault à Douai lundi 28 juin. « Ce déplacement sera l’occasion pour le chef de l’État d’officialiser l’investissement de l’industriel Envision qui conduira à l’implantation sur le site du groupe Renault à Douai d’une gigafactory de production de batteries pour les futurs véhicules électriques », indique l’Élysée.

Jeudi 24 juin

Ambiance tendue lors de la rencontre aujourd’hui à Bernières-sur-Mer (Calvados) entre des pêcheurs et EDF Renouvelables et RTE sur le projet éolien marin de Courseulles-sur-Mer, rapporte Ouest France. “Votre argent, on n’en veut pas”, a lancé Philippe Calone, pêcheur à Ouistreham et porte-parole du groupe des pêcheurs, abrégeant cette réunion prévue sur les compensations financières.

Les membres du Conseil supérieur de l’énergie (CSE), réunis aujourdhui en séance sur plusieurs projets de textes, ont aussi adopté un nouveau règlement. Il prévoit notamment que les ordres du jour et les avis seront publiés sur internet. Le CSE pourra aussi auditionner des personnes extérieures. 

Le projet de procédure Titre V Système, dédié au traitement des cas particuliers de la future RE 2020 est considéré comme trop contraignant par le syndicat Uniclima et sept autres organisations (Ser, Effinergie…). Ils critiquent son effet de frein sur l’innovation et demandent une concertation d’urgence.

L’investisseur EnR norvégien Magnora porte à 24% ses parts dans le projet éolien marin suédois Sydkustens Vind, développé par Kustvind AB sur la côte sud du pays, dimensionné sur 500 MW et 2 TWh annuels. Le dossier en est au stade des études environnementales.

Mercredi 23 juin

Des marins-pêcheurs annoncent une nouvelle mobilisation demain en baie de Saint-Brieuc pour dénoncer la pollution engendrée par la construction du parc éolien en mer et pour demander une nouvelle fois l’arrêt du chantier. Leur recours déposé le 11 juin devant le conseil d’Etat a été rejeté vendredi dernier.

Le fabricant israélo-suédois de flotteurs marémoteurs à pistons Eco Wave Power vient d’annoncer son intention de s’introduire sur le Nasdaq aux Etats-Unis. Il espère lever à cette occasion 9 M$.

L’Albanie prépare un appel d’offres pour l’installation de parcs éoliens terrestres d’une capacité cumulée comprise entre 100 et 150 MW.

GRTgaz a dévoilé les 7 lauréats de son concours Open Innovation Factory, censés contribuer à la transformation du réseau de transport de gaz. Parmi ces lauréats, trois travaillent sur l’épuration haute pression dans le cadre de la production de gaz renouvelables à partir de déchets liquides (la gazéification hydrothermale) : Greenmac, Arol Energy et microbEnergy.

Mardi 22 juin

Sereema, la start-up montpelliéraine spécialisée dans l’internet des objets, prépare une levée de fonds de 600 000 € sur la plateforme de financement participatif Enerfip.

Effy a lancé hier son offre d’autoconsommation solaire à destination des particuliers. L’opérateur propose des panneaux photovoltaïques à partir de 6 490 € et garantis 25 ans. Il a choisi le fabricant sud-coréen Q-cells pour les modules et l’américain Enphase pour les micro-onduleurs.

TotalEnergies et Stellantis (ex-PSA Peugeot Citroën) s’associent dans la mobilité électrique. Free2Move, le service d’autopartage de Stellantis à Paris, va utiliser le réseau de bornes opéré par TotalEnergies. « D’autres propositions liées à la mobilité électrique sont également en cours d’étude », indiquent les deux partenaires.

Énergie Solidaire, fonds de dotation de lutte contre la précarité énergétique, lance un appel à projets de 100 000 euros. Il vise « les associations qui accompagnent les ménages modestes à la rénovation complète et performante de leur logement« . Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 10 septembre.

McPhy va se doter d’un nouveau site industriel dans l’agglomération grenobloise. Il y regroupera ses activités de recherche, d’ingénierie et de production actuellement basées à La Motte-Fanjas et à Grenoble. Au passage, il compte multiplier par 7 sa capacité de fabrication de stations hydrogène pour la porter à 150 stations par an. Le nouveau site sera opérationnel en mars 2022.

La société suédoise Hexicon, qui a élaboré un concept de flotteur bi-éolienne, s’est introduit avec succès sur le Nasdaq First North Premier Growth Market. Elle a levé à cette occasion 300 M de couronnes suédoises, soit environ 30 M€.

Lundi 21 juin

La plateforme numérique BtoB de la recharge électrique Gireve voit son capital renforcé par ses actionnaires – le Fonds de modernisation écologique des transports (FMET) géré par Demeter, la Caisse des Dépôts, EDF, Enedis, Renault et la CNR – pour accélérer sa croissance et notamment développer de nouvelles intermédiations, des services de conseil et de formation à haute valeur ajoutée. 

L’Organisation maritime internationale (OMI) a adopté plusieurs mesures pour réduire les émissions de CO2 des navires d’ici 2030. Parmi elles, l’obligation d’installer en 2023 au plus tard de nouveaux équipements, comme des limiteurs de puissance. Une notation de A à E de l’intensité carbone (consommation du navire/distance parcourue) sera attribuée chaque année selon les performances de l’année précédente. La réduction de l’intensité carbone reste cependant de faible ampleur, de 11% entre 2020 et 2026.

Le cluster maritime français prépare la création d’un Institut de la transition éco-énergétique du maritime chargé de travailler sur un programme « Navires et ports zéro émission en 2035 ». Son lancement officiel est prévu pour début 2022, avec un budget de 100 M€ sur 5 ans destinés notamment à financer des démonstrateurs.

A cause de son impact sur des zone humides et les oiseaux migrateurs, le gouvernement australien a rejeté l’extension à 26 GW d’un méga-projet de production d’hydrogène et d’ammoniac pour l’export et à base d’électricité solaire et éolienne prévu sur 11 GW dans l’Etat d’Australie occidentale. Il est développé par Intercontinental Energy, CWP Renewables, Pathway Investments et Vestas.

Air Liquide, Airbus et le groupe Aéroport de Paris (ADP) ont signé un protocole d’accord pour préparer l’arrivée de l’hydrogène dans les aéroports en 2035. Dans un premier temps, ils vont étudier un panel représentatif d’une trentaine d’aéroports dans le monde pour déterminer différentes configurations d’approvisionnement en hydrogène liquide. Des scénarios plus détaillés seront ensuite définis pour les aéroports Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly.

Article précédentXavier Caïtucoli lance un Spac ciblé « énergéticien renouvelable »
Article suivantVizcab lève 1,2 M€ pour piloter le budget carbone des bâtiments