Une alliance entre anciens de Principle Power et pétroliers pour Scotwind

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Equinor)

Les manœuvres vont bon train à deux mois de l’ouverture de Scotwind Lease. Les acteurs de l’industrie pétrolière devraient une nouvelle fois participer activement aux enchères, à l’instar de Total et BP lauréats de la récente compétition sur les côtes anglaise et galloise. Ils ont été rejoints par Chevron, converti tardivement aux énergies renouvelables. Le pétrolier américain est entré au capital d’Ocergy, une jeune société créée par des anciens de Principle Power. Elle a mis au point son propre concept de flotteur et vient de signer un MoU avec Simply Blue Energy et Subsea7 pour l’évaluer sur le projet Salamander (200 MW) qui doit être présenté prochainement au Crown Estate Scotland.

Des arguments

Ocergy indique s’être concentrée sur l’élaboration ...

d’une fondation légère, donc à faible coût, et capable de supporter des turbines de grande puissance. Elle donne pour l’instant peu d’indications sur le poids du flotteur et les matériaux utilisés mais son concept a déjà séduit le Department of Energy (DoE) américain et un prototype doit être installé sur le site du projet Mayflower développé par Shell et EDF aux Etats-Unis. La société a également mis au point un observateur océanique multidisciplinaire afin d’aider les développeurs à réaliser une évaluation complète des sites en mer.

Fondée en 2019, Ocergy pourrait rapidement se faire remarquer en Europe. La société a certains arguments à faire valoir. Elle été créée par trois anciens hauts responsables et co-inventeurs de Windfloat (Alexia Aubault, Christian Cermelli et Dominique Roddier), la technologie flottante de Principle Power, un des acteurs mondiaux de référence des flotteurs éoliens. Après seulement deux ans d’existence, la société se positionne donc sur le plus grand appel d’offres éolien en mer du monde et vient pour cela de finaliser un financement de série A d’un montant resté confidentiel. Chevron Technology Ventures a participé au tour de table avec Moreld Ocean Wind, un consortium de 20 compagnies norvégiennes spécialistes de l’offshore, qui ont décidé l’année dernière de fusionner pour créer un champion des services en mer.

En plus du financement, Moreld et Ocergy ont créé une société commune baptisée MOW, axée sur la livraison de contrats d’ingénierie, d’approvisionnement, de construction et d’installation (EPCI) dans l’industrie éolienne flottante. Elle ambitionne le développement de projets à l’échelle du gigawatt. Et pourquoi pas en France, pays qui organise l’autre grand appel d’offres commercial de l’année pour l’éolien flottant. Ocergy, dont le siège social est aux Etats-Unis, a justement un bureau à Aix-en-Provence…

       [/restrict-content

Article précédentShell à la manoeuvre dans les stations de recharge BtoB
Article suivantVestas reste en perte au premier trimestre