Eolien en mer : l’Ecosse veut enrayer la spéculation

Print Friendly, PDF & Email

L’Ecosse continue à aménager les règles de son appel d’offres éolien en mer (« Scotwind Leasing »), reporté au 16 juillet prochain. Le domaine royal écossais (« Crown estate Scotland ») a écrit aujourd’hui aux développeurs pour leur signaler qu’une « redevance premium » serait exigée en cas de revente du projet pendant trois ans après l’attribution, c’est-à-dire d’ici à 2024 ou 2025. Le montant de cette taxe n’est pas précisé, il devrait l’être dans les semaines qui viennent.

Redevance : x 10

Ce garde-fou fiscal vise à limiter la spéculation sur les projets. Il paraît à première vue contradictoire avec les modifications récemment apportées au règlement. Il est en fait complémentaire.

Le mois dernier, alléché par les stratosphériques enchères obtenues au début de l’année lors de l’appel d’offres éolien pour les côtes anglaises et galloises, le Crown Estate Scotland a décuplé le niveau de la redevance à payer chaque année au Domaine royal écossais par les lauréats avant la construction de leurs parcs. Elle atteint un plafond de 100 000£* par an et par kilomètre carré contre 10 000£ initialement ; le montant maximum que chaque développeur lauréat pourra verser chaque année jusqu’à la construction est de la sorte passé de 86 M£ à 860 M£. Dans le même temps, ...

Article précédentVite vu
Article suivantBioénergies : les nouvelles règles de traçabilité