Artificialisation des sols : les EnR dans l’incertitude

Print Friendly, PDF & Email
(c) Melvan

L’objectif est ambitieux. Sur les 10 années suivant la promulgation de la loi Climat et résilience, que les députés viennent d’examiner en première lecture, il faudra diviser par deux l’artificialisation des sols français par rapport aux dix années précédentes. C’est l’objectif fixé par ce texte de loi, mais il reste à définir ce qu’est un sol artificialisé et, notamment, si les énergies renouvelables sont concernées. « Pour l’instant, il y a ...

 

 

Article précédentLe marché français du stockage stationnaire à la peine en 2020
Article suivantEDPR veut tourner la page de l’ère Manso Neto