La difficulté ? Encadrer le « passage à l’échelle » [Sophie Mourlon, DGEC]

Print Friendly, PDF & Email
(Sophie Mourlon, @MTE)

Entretien avec Sophie Mourlon, directrice de l’énergie au ministère de la Transition écologique

Qu’est ce que l’intérêt général dans la transition énergétique ? Comment les représentants de l’Etat font-ils leurs arbitrages ? Le choix entre des impératifs contradictoires est permanent dans le secteur, mais le sous-jacent des décisions, rarement exploré. Description et illustrations concrètes avec Sophie Mourlon, en charge depuis 2019 du volet production d’énergie à la Direction générale de l’énergie et du climat.

GreenUnivers : Comment définiriez-vous l’intérêt général dans l’énergie ?

Sophie Mourlon : Comme une notion finalement peu évoquée et pourtant située au cœur de notre action. La manière dont je la vis consiste à tenir compte d’une variété d’enjeux de manière équilibrée et ne pas laisser des intérêts particuliers entraîner des décisions à impact négatif pour le plus grand nombre. Avec une vision à long terme, car les capacités de production d’énergie sont là pour plusieurs décennies. Le sujet est d’autant plus complexe que la transition énergétique nous place en situation d’évolution rapide.

GU : Dans quels domaines est-il le plus difficile de trouver un point d’équilibre ?

SM : La transition énergétique est complexe dans tous les domaines. Si elle ne l’était pas, nous l’aurions déjà faite ! Nous sommes confrontés à ...

Article précédentUn prix « une fois pour toutes » pour les programmes CEE
Article suivantSublime Energie lève 1 M€ pour liquéfier le biogaz