CEE « précarité » : Enalia propose de compenser la pénurie par les prix

Print Friendly, PDF & Email

Y aura-t-il assez de certificats d’économies d’énergie pour les ménages très modestes dans les années qui viennent ? L’opérateur de rénovation énergétique Enalia craint que non. « La moitié voire 80% de l’obligation précarité pour la « P5 » risque d’être atteinte dès fin 2021, soit avec 4 ans d’avance », et donc avant même que la nouvelle campagne de travaux de rénovation énergétique des bâtiments, entre 2022 et 2025, n’ait commencé, prévoit Bastien Resse, directeur de la stratégie d’Enalia.

La raison ? Les volumes d’économies d’énergie déjà en stock et ceux prévus pour le reste de l’année excéderaient largement les quotas de CEE « précaires » disponibles pour la période actuelle (la « P4 ») et seraient reportés en masse sur la prochaine phase, la « P5 ». Un phénomène accentué par la crise économique, puisque ...

Article précédentEfficacité énergétique : EDF s’organise dans les données
Article suivantBiométhane : GRDF prévoit 354 sites d’injection fin 2021