Vite vu

Print Friendly, PDF & Email

Vendredi 19 février

Eni vise désormais lui aussi un bilan CO2 à zéro en 2050, sur les scopes 1, 2 et 3, y compris donc la consommation des clients. La compagnie pétrolière et gazière italienne promet une réduction de 25% de ses émissions en 2030 par rapport à 2018. Mais d’ici 2024, la production d’hydrocarbures doit augmenter de 4% par an. Dans les EnR, Eni vise 4 GW en 2024 et 15 GW en 2030. La capacité de ses agro-raffineries doit doubler d’ici 2024 (2 millions de tonnes) et le stockage de CO2 atteindre 7 millions de tonnes en 2030. 

Le suédois Northvolt annonce une gigafactory de batteries à Gdansk en Pologne, construite en 2022, pour une capacité initiale de 5 GWh et un investissement de 200 M$. Ces produits finis utiliseront des cellules provenant d’une autre usine du fabricant, à Skellefteå en Suède. 

Deux très gros projets d’hydrogène et ammoniac renouvelables ont été annoncés dernièrement. Le premier est mené par Aker Clean Hydrogen et Mainstream Renewable Power (filiale d’Aker) au Chili, et prévoit d’associer des électrolyseurs à une capacité de 1,3 GW d’éolien et de solaire. Le second est développé par le groupe minier Province Resources dans le Western Australia sur 1 GW d’EnR.

La Corée du Sud a annoncé sa volonté de faire construire un parc éolien en mer de pas moins de 8,2 GW d’ici 2030. C’est l’une des grandes annonces du Green New Deal présenté par le président Moon Jae-in. Si le complexe voit le jour, il dépasserait en capacité les parcs en fonctionnement et en développement du Dogger Bank britannique.

Jeudi 18 février

Neoen a réalisé un chiffre d’affaires de 298,8 M€ en 2020 (+18% par rapport à 2019). L’entreprise confirme un Ebitda dans le bas de la fourchette de 270 à 285 M€ annoncée antérieurement. Neoen a mis en service 769 MW, lancé la construction de 987 MW et remporté plus de 1 GW de nouveaux projets l’année dernière. Le portefeuille sécurisé atteint 5,2 GW au 31 décembre 2020 contre 4,1 GW à fin 2019.

Engie et l’énergéticien norvégien Equinor ont signé un protocole d’accord pour travailler en France, en Belgique et aux Pays-Bas sur la production d’hydrogène bas carbone, c’est-à-dire issu du vaporeformage de gaz naturel avec capture et stockage de CO2.

La barre des 30 000 points de recharge de véhicules électriques et ouverts au public a été franchie en France. L’Avere en identifie 31 206 aujourd’hui, soit une augmentation de 8% depuis novembre. Elle estime que l’objectif de 100 000 bornes à la fin de l’année paraît encore lointain. 

Le fabricant de bornes français IES Synergy a passé le cap du millionième chargeur embarqué et 10 000 bornes de recharge rapide livrées depuis sa création. Il compte sur sa nouvelle gamme (30 à 360 kW) pour générer une croissance de 30% cette année. IES Synergy a obtenu une subvention de 3,4 M€ de France Relance.

Mercredi 17 février

La ministre déléguée en charge du Logement, Emmanuelle Wargon, présentera jeudi 18 février les derniers arbitrages du gouvernement sur la nouvelle réglementation environnementale des bâtiments RE2020. Elle le fera en présence de la Fédération des promoteurs immobiliers, de la Fédération française du bâtiment et de l’Union sociale pour l’habitat, qui figuraient parmi les principaux contestataires du projet initial.

Le groupe Opale et Amundi Transition Energétique s’associent pour créer « Opale Vesontio », une plateforme destinée à l’éolien en France métropolitaine. Elle est détenue à 80% par le fonds infrastructure Alba 1 géré par Amundi Transition Energétique et à 20% par Opale, qui apporte deux parcs éoliens (27 MW) dans le cadre d’une première transaction.

La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a présenté en Conseil des ministres l’ordonnance hydrogène, qui définit un cadre de soutien et de traçabilité pour la filière.

Le mode de prise en compte des systèmes de pompe à chaleur air/eau-air triple service à compression électrique dans la méthode de calcul Th-B-C-E 2012  (la réglementation thermique 2012) est agréé, selon la procédure dite « Titre V » et l’arrêté paru aujourd’hui au Journal officiel.

Le Sénat a désigné les 23 membres d’une mission d’information sur le thème de « la méthanisation dans le mix énergétique : enjeux et impacts ». La réunion constitutive de cette mission d’information est prévue la première semaine de mars.

Le Conseil d’Etat a annulé l’article 1er du décret du 3 août 2019 sur la définition d’un obstacle à la continuité écologique. Ce décret condamnait « la majeure partie du potentiel de développement de l’énergie hydroélectrique en sites nouveaux et en rénovation sur des sites existants, dont une grande part est située sur les cours d’eau classés », selon le syndicat France Hydro Electricité, à l’origine du recours et qui salue cette décision.

Mardi 16 février

La vague de froid intense (jusqu’à – 30 C°) se prolonge aux Etats-Unis et en particulier au Texas. L’Etat subit d’importantes coupures d’électricité (5 millions de foyers et entreprises aujourd’hui), dues notamment à la rupture d’approvisionnement de centrales électriques à gaz et au gel des éoliennes. Sur le marchés de gros, le prix de l’électricité a atteint le plafond de 9 000$/MWh, samedi dernier et hier rapporte Bloomberg.

L’établissement public d’aménagement Paris-Saclay a signé une convention avec le CNRS pour récupérer la chaleur fatale produite par le supercalculateur Jean Zay installé à l’Institut du développement et des ressources en informatique scientifique (Idris) du CNRS. L’énergie récupérable est évaluée à 4 GWh/an, elle alimentera le réseau de chaleur et de froid du campus Paris-Saclay en Essonne.

Atawey compte installer 150 stations à hydrogène dans les 5 années qui viennent, prépare une nouvelle unité de production et prévoit une prochaine importante levée de fonds. L’entreprise savoyarde devrait profiter, entre autres, de la traction des projets ZEV en Auvergne-Rhône-Alpes et de Last Mile en Ile-de-France

A + Energies a publié un rapport d’activité détaillé pour 2020. Cette PME indépendante, installateur solaire chez les particuliers et les professionnels, se sort plus que bien d’une année périlleuse : un chiffre d’affaires en hausse de 8,2% à 16,9 M€, un résultat d’exploitation de 10,1% et un excédent brut d’exploitation à 5,9% du chiffre d’affaires. Ses fonds propres passent de 1,1 M€ à 1,4 M€. 

Acofi Gestion boucle une troisième opération de financement pour Apex Energies sur un portefeuille de 21 MW avec un bridge de 10 M€. Le fonds Predirec EnR 2030 ayant été investi à 100%, sur 740 MW, Predirec EnR2 prend la suite.

Avec près de 1,4 million d’unités vendues, le marché européen de la voiture électrique est passé pour la première fois devant le marché chinois en 2020, selon les calculs de l’ONG Transport & Environment. Dans une étude, l’ONG détaille aussi l’évolution de l’infrastructure de recharge électrique dans chaque pays européen.

Lundi 15 février

Technique Solaire a déjà sécurisé 72% des 2 M€ qu’il souhaite lever sur la plateforme de financement participatif Lumo. La collecte a été lancée ce matin.

Le parc éolien terrestre suédois de 753 MW Önusberget, détenu par Luxcara, entre en construction. Les 137 éoliennes de 5,5 MW de GE commenceront à être posées cet été.

Amundi donne un successeur à son fonds d’obligations vertes dédié aux marchés émergents Amundi Planet Emerging Green One. Ce sera Amundi Funds Emerging Markets Green Bond, géré lui aussi par l’équipe des marchés émergents sous critères RSE. Il cible les obligations vertes en dollars des entreprises (EnR, services aux collectivités, finance, transport, immobilier), mais n’exclut pas celles de certains pays comme le Brésil, l’Inde, la Chine et l’Indonésie. 

Dans le cadre d’un financement plus vaste (105 M€ en actions et emprunts), la BEI prête 50 M€ à Forsee Power, après avoir apporté 20 M€ en 2017. Elle soutient notamment l’élargissement de la gamme de batteries vers les véhicules de construction et agricoles et les utilitaires urbains légers, l’augmentation de la capacité de production et de plus gros efforts de marketing et vente.

Engie a signé un accord avec la Région Nouvelle-Aquitaine, notamment pour travailler au verdissement des transports, et notamment des bus. Le développement de la filière hydrogène et de bornes de recharge « ultra-rapides » est évoqué.

Article précédentFrench Tech 2021 : qui sont les start-up vertes ?
Article suivantL’évolution des CEE de plus en plus contestée