La spectaculaire surenchère britannique dans l’éolien en mer

Print Friendly, PDF & Email
(@Equinor)

Les redevances pour les concessions éoliennes maritimes qu’ont accepté de payer les lauréats de la quatrième session (Round 4) de l’appel d’offres britannique (Angleterre et Pays de Galles) ont fait beaucoup réagir au Royaume-Uni. Pour rappel, BP-ENBW, RWE, Total-GIG, notamment, ont accepté de payer 879 M£ (1 Md€) par an au Domaine royal – le plus généreux est BP-ENBW avec 462 M£ – jusqu’à ce que leurs parcs entrent en construction. Un niveau d’enchères qui a écarté d’autres concurrents pourtant aguerris comme EDF ou Orsted. Et créé un précédent, incitant notamment le Domaine royal écossais (Crown Estate Scotland) à réviser in extremis son propre appel d’offres, essentiellement éolien flottant, avec de nouvelles règles qui seront énoncées le 24 mars prochain. La compétition est préparée depuis des années et les dossiers devaient être remis le 31 mars… Les autorités organisatrices des appels d’offres sur le continent observent aussi de près ces procédures inédites. 

Enchères en 2027 ou 2029

La ...