Engie pousse la blockchain pour mieux évoluer vers le « green merchant »

Print Friendly, PDF & Email

Faire de l’énergie verte une « commodité », c’est-à-dire un produit énergétique fiable commercialisable facilement. Engie, comme d’autres énergéticiens européens, y travaille depuis quelques années. A partir d’une initiative interne prise en 2018, matérialisée par la start-up TEO (The Energy Origin), il propose un nouveau service de traçabilité des énergies renouvelables, en BtoB, géré par sa business unit Engie Global Management. L’offre s’appuie sur la blockchain et est validée par le Bureau Véritas et le CEA.

Granularité plus fine

Comme l’explique Thierry Mathieu, cofondateur de TEO, le principe ...

Article précédentQuelles régions raccordent le plus de renouvelables électriques ?
Article suivantVite vu