Hellio prépare une offensive tous azimuts dans les CEE

Print Friendly, PDF & Email

Promis par les pouvoirs publics pour novembre dernier, le volume de certificats d’économies d’énergie (CEE) à collecter entre 2022 et 2026 reste aussi inconnu qu’attendu par les protagonistes, énergéticiens, intermédiaires spécialisés, entreprises de travaux. En marge de la présentation de sa stratégie pour 2021, l’opérateur Hellio-GeoPLC a estimé aujourd’hui par la voix de Marina Offel de Villaucourt, responsable des affaires publiques et juridiques, que « le retard n’était pas seulement dû aux négociations de dernière minute du ministère de la Transition écologique avec Bercy et d’autres ministères ».

Les motifs lui semblent plutôt liés à la question du tiers financement des travaux et aux moyens affectés à la rénovation énergétique exhaustive des logements énergivores, proposée par la Convention citoyenne pour le climat et soutenue par l’Elysée. Le ministère du Logement a missionné une task force pour faire des propositions en la matière. Ce tiers financement pourrait conduire à des objectifs plus ambitieux pour la prochaine phase des CEE, à partir de janvier prochain. Mais le groupe de travail doit aboutir seulement en mars…

Un nouveau dispositif commercial

Le sujet est important pour Hellio-GeoPLC. Il souhaite lui aussi ...

Article précédentRE 2020 : le bâtiment vers le niveau passif ?
Article suivantL’agenda de la transition énergétique