Tarifs solaires 2006-2010 : l’exécutif peut-il « oublier » son amendement ?

Print Friendly, PDF & Email
(@Hôtel de Matignon)

Avec 287 MW raccordés au troisième trimestre (+60% par rapport au deuxième) et la barre des 10 GW franchie pour le parc total en service, les professionnels du solaire auraient pu se réjouir. Ce n’est pas vraiment le cas, car il faut surtout y voir l’effet du rattrapage du retard pris lors du confinement sanitaire du printemps, explique Antoine Huard, président de France Territoire Solaire.

Le think tank publie aujourd’hui les chiffres détaillés des nouvelles installations. On y remarque le gros score des toitures solaires entre 9 kW et 100 kW (84 MW, du jamais vu), lié notamment à la non parution de l’arrêté sur le guichet ouvert étendu aux puissances jusqu’à 500 kW, attendu désormais pour le premier trimestre 2021. Ce qui suscite des arbitrages en faveur du segment sous 100 kW et un attentisme pour celui du dessus, lequel stagne en volume : 15 MW, contre 13 MW au deuxième trimestre.

Ce seuil des 10 GW est passé au moment où se trouvent remis en cause les contrats photovoltaïques conclus entre 2006 et 2010 : « pour atteindre les 40 GW prévus en 2028, il faudrait réaliser chaque trimestre le triple du volume actuel. Les incertitudes actuelles ne favorisent pas un tel sursaut », selon Antoine Huard.

Matignon ...

Article précédentL’Etat prépare un « mécanisme de régulation » de la densité éolienne
Article suivantPoujoulat fait feu de tous bois, ouvre une nouvelle usine