Pourquoi le fonds régional Cap3RI passe à l’échelle nationale

Print Friendly, PDF & Email
(@Log’S)

Pour grandir dans son territoire d’origine, un fonds régional peut devoir prendre une dimension nationale. Un paradoxe apparent qu’entreprend de résoudre Cap3RI, le fonds d’investissement créé en 2015 par le Conseil régional du Nord-Pas de Calais de l’époque et la CCI Nord de France. Devenue Hauts-de-France, la région veut apporter de nouveaux moyens financiers pour que les entreprises passent à ce qu’elle appelle, avec Jeremy Rifkin, la “3e révolution industrielle”, avec une nouvelle politique baptisée « Rev3 ».

En plus des subventions et des prêts et comme l’annonçait GreenUnivers en juillet, du capital frais doit être trouvé. Cette nouvelle mission a été confiée à Cap3RI, le véhicule régional se trouvant confirmé dans son rôle de fournisseur de fonds propres, sur une part minoritaire du capital des entreprises. En pratique, le sujet est surtout l’affaire de la société de gestion parisienne Turenne Groupe, qui pilote Cap3RI par l’intermédiaire de Nord Capital (Crédit agricole Nord-de-France, Turenne Capital)

Une base plus large que la région nordique

Jusqu’à maintenant, Cap3RI a investi 24 M€ dans 11 sociétés, par exemple dans la méthanisation, les flotteurs solaires de Ciel et Terre, le projet de Sun’R à Cambrai, le reconditionnement d’éoliennes chez Drekan, le recyclage de papiers de Wizpaper, le transport multimodal et notamment fluvial de Log’S. « Nous visons désormais 200 M€ investis en 2025 dont une centaine ...

Article précédentLa BEI précise sa nouvelle politique proclimat
Article suivantPlan de relance verte : l’exemple de cinq pays européens