Petite hydroélectricité : la fin du tarif 2001 aiguise l’appétit de Valorem

Print Friendly, PDF & Email
La centrale hydroélectrique de Claredent, en Corrèze © Valorem

Dans la petite hydroélectricité, l’année 2021 pourrait être riche en nouvelles transactions. Autour de 400 centrales comprises entre 0,5 MW et 4,5 MW de puissance vont sortir du mécanisme de soutien sur vingt ans dont elles ont bénéficié depuis 2001. « Les propriétaires auront le choix entre réinvestir pour obtenir un nouveau tarif d’achat, garder les installations mais avec un revenu limité ou les céder. Nous espérons reprendre une trentaine de centrales, sans passer par les agences spécialisées », prévoit Antoine Poisson, responsable de l’hydroélectricité chez Valorem. En prospection dans le secteur depuis 2016, le développeur compte 11 MW en exploitation surtout aux Antilles à la suite d’une importante acquisition l’année dernière et a réalisé un chiffre d’affaires de 7 M€ sur ce segment en 2019, pour une production de 45 GWh (sur 717 GWh au total, surtout éoliens).  

En métropole, il exploite 1 MW et deux centrales mais a ...

Article précédentStockage : NW Joules accueille RGreen Invest, vise 300 MW
Article suivantLes offres d’électricité verte tirent le marché, la CRE tacle l’Ademe