Vite vu

Print Friendly, PDF & Email

Vendredi 15 mai

Le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire rencontrait aujourd’hui les constructeurs automobiles, très touchés par la crise. Il a indiqué que le gouvernement soutiendrait la filière, mais « ce sera un soutien aux voitures qui émettent le moins de CO2, aux voitures vertes, aux véhicules électriques », lors d’une interview sur CNews.

I4CE publie son état des lieux sur les taxes et marchés carbone mondiaux, avec une revue des tendances et politiques publiques dans 44 pays y compris les nouveaux (Canada, Afrique du Sud, Singapour), les secteurs couverts, les prix, les premiers effets de la crise Covid-19. A retrouver dans le rapport « Les comptes mondiaux du carbone en 2020 » du think tank.

Dans sa sixième Note consacrée aux énergies marines, l’Observatoire des énergies de la mer du Cluster maritime français fait un point complet et concis sur les projets dans les différentes filières (éolien flottant et posé, hydrolien, houlomoteur, thermique marine) en France, en Europe et dans le reste du monde.

Le groupe minier et spécialiste de l’industrie chimique Sasol a lancé un appel à manifestations d’intérêt pour se faire construire 600 MW d’éolien et de solaire en Afrique du Sud. Un appel au lendemain de son exclusion du portefeuille du fonds souverain norvégien qui a jugé le groupe peu investi dans la lutte contre le changement climatique.

La jeune société parisienne Gifts for Change, spécialisée dans les objets promotionnels écoresponsables, a levé 1 M€ auprès des fonds d’investissement INCO Investissement et Aviva Impact Investing France, ainsi que de ses business angels historiques.

Jeudi 14 mai

Le plan de cession d’actifs engagé par Engie passe par la sortie de 25 pays sur 70, en particulier de l’Algérie, la Côte d’Ivoire, la Croatie, la Grèce, la Norvège et l’Argentine signalent Les Echos. Les activités abandonnées seraient sans importance stratégique ou pas assez rentables, comme celle d’Endel (maintenance industrielle et nucléaire), la logistique pour la défense, la télésurveillance des prisons, etc. Lors de la présentation avant-hier de ses résultats trimestriels, Engie a confirmé vouloir « rationaliser davantage ses activités dans les solutions clients « .

Le fabricant de fondations flottantes Ideol et le fonds d’investissement spécialiste du parapétrolier Kerogen Capital vont étudier les possibilités d’alimentation électrique des plateformes pétrolières en mer par des éoliennes flottantes, notamment en mer du Nord.

Comme le propose la loi Pacte et l’a fait EDF, Voltalia a inscrit dans ses statuts le 13 mai une raison d’être : « améliorer l’environnement mondial » avec les EnR et « favoriser le développement local » avec des créations d’emplois et une énergie compétitive. Le développeur envisage maintenant de devenir une entreprise à mission.

Selon un sondage auprès de plus de 2 000 personnes réalisé par GreenFlex et YouGov pendant le confinement, seuls 48% des Français pensent que les entreprises vont se transformer pour apporter une contribution sociale et environnementale positive, les « tout à fait d’accord » ne dépassant pas 14%. En revanche, ils sont 83 % à le souhaiter. « Dans cet écart se niche un grand avertissement aux entreprises qui penseraient pouvoir se dispenser de leur devoir de contribution positive à la société », commente le spécialiste des solutions énergétiques et environnementales, filiale de Total depuis 2017.

Mercredi 13 mai

L’éolien flottant prend ses marques en Afrique du Sud. Le développeur suédois Hexicon fait alliance avec Genesis Eco-Energy Developments, basé à Cape Town, pour explorer les projets possibles dans le pays. Une co-entreprise a été créée à cette fin. Inventeur d’un flotteur triangulaire à deux turbines, Hexicon continue à développer le projet démonstrateur de 10 MW Dounreay Trì au large de Thurso, au nord de l’Ecosse.

Amiens Métropole renouvelle la délégation de service public attribuée à Idex pour l’exploitation de son méthaniseur pendant encore 15 ans. Lancée en 1988 par Idex, l’appareil à 4 digesteurs doit porter le taux de récupération des déchets du site de 57% à 80%, moyennant 20 M€, l’ajout d’un 5e digesteur, un évapoconcentrateur pour sécher les ordures et un préparateur CSR pour éviter d’alimenter les décharges (26 000 tonnes enfouies chaque année) et générer à la place 20 000 tonnes de combustibles solides de récupération.

Anders Nielsen est nommé Chief Technology Officer (CTO) de Vestas Power Solutions, à la place d’Anders Vedel qui gardera un rôle de conseiller technique. Tommy Rahbek Nielsen est quant à lui confirmé Chief Operating Officer (COO) du groupe danois.

AgriKomp a mis en exploitation une unité de méthanisation agricole de 250 Nm3/h à Machecoul (Loire-Atlantique), qui récupère le CO2 généré par l’installation grâce à un système de liquéfaction par distillation à froid. Le CO2 est ensuite réinjecté dans des serres voisines. La société vise ainsi la valorisation de 1 500 tonnes de CO2 par an.

Mardi 12 mai

Un chiffre d’affaires en baisse de 3,7% (16,5 Mds€), un Ebitda maintenu, un résultat opérationnel courant (ROC) de 1,9 Md€ (- 6,6%) et une dette en hausse de 2 Mds€ en trois mois (27,9 Mds€) : Engie n’accuse pas encore vraiment le choc du Covid-19 au premier trimestre. Mais l’impact sera élevé sur les « solutions clients », prévient le groupe. Les EnR devraient bien s’en sortir. Leur ROC est pour le moment en hausse de 17%. « Des incertitudes demeurent sur les retards potentiels dans les mises en service et les cessions partielles d’actifs, ainsi que sur le taux de change et le calendrier de mise en œuvre de mesures et décisions favorables au Brésil », précise Engie. Le real brésilien s’est déprécié de 15% par rapport à l’euro et affecte les producteurs internationaux.

Timber Tower et Innovent ont défriché le sujet mais c’est le suédois Modvion qui met en service la première éolienne-test en bois, de 30 mètres de hauteur sur l’île de Björkö. L’entreprise prépare un mât de 110 mètres et vise la production en série dans deux ans, signale le blog Révolution énergétique.

Pour son projet éolien de 132 MW en Australie, au sud de l’Etat de New South Wales, Akuo Energy va faire appel à des machines de 20 mètres plus haut que prévu, à 220 mètres. Le développeur réduit ainsi le nombre de turbines, de 32 à 23.

La Commission européenne a annoncé que 332 millions de quotas d’émission de carbone seront retirés de la réserve de stabilité du marché (RSM) sur les enchères de septembre 2020 à août 2021. Cela doit permettre de soutenir les cours du CO2, en baisse avec la production des sites industriels européens.

L’administration Trump a donné lundi l’approbation finale au plus grand projet solaire des États-Unis, comprenant une étape de 440 MWc et une seconde de 250 MWc. Situé à 48 kilomètres au nord-est de Las Vegas dans le Nevada, le projet est contesté par les écologistes. Il représente un investissement d’un milliard de dollars.

Lundi 11 mai

Huawei, le leader mondial des onduleurs solaires, a annoncé son intention d’introduire davantage de technologies d’intelligence artificielle (IA) dans ses produits. Il souhaite ainsi capitaliser sur les avancées obtenues récemment pour faire de ses onduleurs des « contrôleurs intelligents », notamment capables d’anticiper d’éventuels arcs électriques potentiellement causes d’incendies. Une évolution qui n’est pas sans poser de sérieuses questions en matière de cybersécurité et de sécurisation des réseaux électriques.

Le présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen devrait donner les grandes lignes du plan de relance européen le mercredi 13 mai. 

Les filières éolienne et solaire présenteront cette semaine leurs suggestions pour le plan de relance au MTES. Le secteur éolien souhaite plus que jamais un cadre lui permettant d’atteindre les objectifs à moyen terme de la PPE, une manière de faire croître « une industrie essentiellement européenne », fait remarquer France Energie Eolienne. Par ailleurs et à l’heure du déconfinement, FEE estime que la plupart des chantiers ont repris, soit une cinquantaine sur environ 70 stoppés mi-mars.

Les pouvoirs publics ont accéléré la sortie du « forfait mobilités durables » de la loi d’orientation des mobilités, avec un décret d’application pour le secteur privé publié le 10 mai. L’aide peut aller jusqu’à 400€ par an et par salarié pour encourager les employeurs à prendre en charge les frais de déplacement à vélo, en covoiturage, en scooter et trottinettes électriques en free-floating, en autopartage avec des véhicules peu polluants, en transports en commun hors abonnement.

Amarenco a bouclé pendant le confinement le refinancement de 24 M€ d’une centrale solaire au sol de 12 MWc près de Bordeaux, auprès de la Caisse d’Epargne Cepac et de Bpifrance.

La start-up Form Energy, soutenue par le fonds de Bill Gates Breakthrough Energy Ventures, a signé un accord avec l’électricien Great River Energy afin de déployer à Cambridge dans le Minnesota un projet pilote de batterie « révolutionnaire » de 1 MW/150 MWh. Form Energy affirme travailler sur une technologie de batterie très longue durée et abordable économiquement.