Crédibles, les relocalisations ? Le cas pratique de l’industrie solaire

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Sillia)

Entretien avec Xavier Daval, président de Ser-Soler –

Dans sa note succinte mais percutante du 30 mars 2020 annonçant « la fin du capitalisme néo-libéral », Patrick Artus, économiste, directeur de la recherche et des études de la banque Natixis (Groupe BPCE), cite les « matériels pour les énergies renouvelables » parmi les trois produits stratégiques à relocaliser, avec la pharmacie et les nouvelles technologies – électronique et télécoms. Est-ce sérieux ? Prenons le cas de l’industrie photovoltaïque avec Xavier Daval, président de Ser-Soler et du bureau de conseil technique Kilowattsol. Il est familier et pionnier du sujet, avec de premiers travaux menés dès 2018 mais qui n’avaient pas abouti.

GreenUnivers : Au-delà des souhaits des politiques et des économistes, est-il possible de rapatrier la production des panneaux solaires ?

Xavier Daval : Pour la première fois convergent deux phénomènes : d’un côté une prise de conscience au plus haut niveau de l’Etat de l’obligation de se réapproprier la chose industrielle, de l’autre une logique économique antérieure à la crise actuelle. Que l’on peut résumer ainsi : le seul coût incompressible dans un panneau ...