L’éolien offshore encore entre deux eaux en 2020

Print Friendly, PDF & Email
© WPD

Les acteurs de l’éolien en mer sont dans l’expectative. Très déçus par les objectifs fixés par le projet de Programmation pluriannuelle de l’énergie, ils espèrent une révision à la hausse des volumes, ce qu’a laissé entendre le gouvernement. De nouvelles mesures de levée de risques sont également attendues par la filière, tout comme la finalisation de la planification spatiale des zones de développement. L’année 2020 verra le début de la construction du premier parc français éolien posé en mer (Saint-Nazaire), voire aussi celle d’un ou plusieurs parcs pilote flottants.

Une PPE attendue de pied ferme

Présentée fin 2018, la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) a fortement déçu les promoteurs de l’éolien marin. Le gouvernement avait alors promis de revoir sa copie en fonction des résultats de l’appel d’offres de Dunkerque. Remportée à 44 €/MWh par le consortium mené par EDF RE, cette compétition s’est révélée particulièrement compétitive, mettant en quelque sorte le gouvernement dos au mur. C’est en tout cas ce qu’espèrent les acteurs du secteur un peu rassurés par les annonces d’Emmanuel Macron lors des Assises de la Mer à Montpellier en décembre dernier. Le Président a en effet évoqué un rythme de 1 GW/an, volume jugé minimum par la filière.  

La nouvelle mouture de la PPE, a priori définitive, sera mise ...