Le transport maritime engage sa transition énergétique [Dossier]

Print Friendly, PDF & Email

Le transport maritime représente près de 90% du commerce international de marchandises et est responsable de près de 3% des émissions mondiales de CO2. Un chiffre qui pourrait même grimper à 17% en 2050 si rien n’est fait, selon l’Organisation maritime internationale (OMI). L’enjeu de son verdissement est donc capital pour réduire la pollution. D’autant que l’accord de Paris prévoit une réduction de 50% des émissions de gaz à effet de serre du secteur d’ici à 2050.

Comme toujours en matière de transition énergétique, la réglementation pousse à l’action. Ainsi depuis le 1er janvier 2020 et l’entrée en vigueur d’une nouvelle norme de l’OMI, l’ensemble de la flotte mondiale de navires de commerce ou de croisière doit utiliser un fioul à basse teneur en soufre pour réduire ses émissions polluantes. Un changement auquel raffineurs, armateurs, constructeurs et financiers se sont préparés depuis quelques années. 

Une coalition d’acteurs

Et la filière, longtemps en retrait, se met en ordre de marche pour réaliser sa transition énergétique. Le 3 décembre dernier, lors des Assises de la mer à Montpellier, le Cluster maritime français a officiellement lancé une coalition pour la transition éco-énergétique du maritime, soutenue par l’Ademe et un club de partenaires cofinanceurs comprenant la compagnie CMA-CGM, le Bureau Veritas, EDF, Engie et Soper, la société de Jean-Michel Germa. Cette initiative collective repose notamment sur une plateforme numérique participative, élaborée par Ecosys Group et visant à faire émerger rapidement des équipements et des solutions bas carbone.

La mobilisation concerne aussi les ports. En septembre dernier, la Région Sud a annoncé un grand programme d’investissement pour électrifier les ports de Marseille, Toulon et Nice. Le Grand port maritime de Dunkerque a lui aussi lancé le chantier de son électrification. 

Pour se verdir, le secteur mise sur des carburants moins polluants comme le GNL, voire l’hydrogène pour des bateaux de petite capacité ou l’alimentation à quai. D’autres innovations pourraient se faire une place dans le secteur. 

Retrouvez notre sélection d’articles sur la transition énergétique du maritime :