RTE rejette le « mythe » des coûts cachés EnR

Print Friendly, PDF & Email
(c) Pixabay

Comment renouveler le réseau haute tension français vieillissant (50 ans en moyenne) tout en l’adaptant aux contraintes de la transition énergétique ? C’est l’équation à plusieurs inconnues à laquelle le nouveau Schéma décennal de développement du réseau de RTE doit répondre. Au centre du débat, le gestionnaire du réseau de transport (GRT) assure que l’intégration accrue d’énergies renouvelables ne lui pose aucun problème technique, jusqu’à 50 GW, et que les EnR n’impliquent pas de « coûts cachés ».

Entre 7 et 8 Mds € pour raccorder l’éolien en mer

C’est un plan significatif d’investissements dans le renouvellement et le renforcement de ses lignes électriques que RTE a dévoilé ce matin. Le GRT français prévoit d’investir quelque 33 Mds€ sur les quinze prochaines années, financés par la dette et le Turpe puisqu’aucune provision n’a été prévue en l’espèce. « Une petite bosse », euphémise son président François Brottes qui a tenu...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.