Vite vu

Print Friendly, PDF & Email

Mercredi 14 août

EDF Pulse Croissance a reçu le feu vert de la Commission européenne pour l’acquisition de l’agrégateur allemand Energy2Market. La transaction, rendue publique en juin dernier, permet à EDF de mettre la main sur 4 500 sites agrégés (3 GW). La société va être intégrée dans la nouvelle activité EDF local energy management.

La Norvège reste de loin le premier marché européen pour les véhicules électriques avec 35 200 immatriculations de voitures particulières au 1er semestre 2019, selon l’analyste indépendant Matthias Schmidt cité par Les Echos, soit une hausse de 75% sur un an. L’Allemagne arrive en 2e position (31 300 véhicules 100 % électriques), devant la France (21 007). 

Mais les ventes mondiales de VE ne décollent cependant pas dans les proportions espérées, et le marché chinois, le plus important, a même enregistré une baisse de 4,7% en juillet après deux ans de hausse, en raison de coupes drastiques dans les subventions. Ce qui a déjà fait plonger les cours du lithium, dont la production est aujourd’hui excédentaire et en avance sur les besoins du marché des VE, selon une étude de Macquarie Capital. 

Mardi 13 août

Vattenfall va construire en Allemagne une centrale hybride comprenant un parc éolien de 22 MW, une centrale photovoltaïque de 38 MWc, associés à une batterie de 12 MWh fournie par le constructeur automobile BMW. Le projet, qui nécessitera un investissement de 61 M€, devrait être opérationnel en septembre 2020.

Paul Foucher rejoint le groupe Europcar au poste de Innovation project manager. Il était jusqu’à présent chef de projet du Cleantech Open France.

Lundi 12 août

L’énergéticien espagnol Iberdrola a annoncé la cession de 40% des parts du gigantesque parc éolien en mer East Anglia One pour 1,7 Md€ à Green Investment Group (GIG), détenu par Macquarie. Iberdrola conservera le solde de ce projet de 714 MW, construit en mer du Nord par sa filiale ScottishPower et qui doit entrer en service en 2020.

Mauvaise nouvelle pour le projet éolien en mer américain Vineyard Wind, développé par une co-entreprise réunissant Avangrid (la filiale US d’Iberdrola) et Copenhagen Infrastructure Partners (CIP) : le Bureau of Ocean Energy Management (BOEM) n’a pas délivré son autorisation environnementale comme prévu, souhaitant réaliser un examen plus approfondi. La construction de ce parc de 800 MW, le premier de cette envergure aux Etats-Unis, doit démarrer avant la fin de l’année. Un calendrier qui pourrait désormais être remis en cause.

Le black-out qui a plongé dans le noir près d’un million de Britanniques vendredi dernier fait suite à un délestage volontaire du gestionnaire de réseau National Grid ESO. Ce dernier a utilisé ce moyen d’ultime recours pour éviter la chute complète du système suite à la défaillance combinée de la centrale à gaz de Little Bradford (727 MW) exploitée par RWE et du parc éolien en mer de Hornsea 1 (1 218 MW) opéré par Ørsted.