La CRE impute aux CEE d’EDF la nouvelle hausse des tarifs de l’électricité

Print Friendly, PDF & Email

L’année 2019 marquera-t-elle le début de la fin de l’électricité bon marché en France ? Après avoir proposé en février une hausse de 5,9% des tarifs, que le gouvernement a appliquée à partir de juin, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) récidive. Cette fois, l’augmentation demandée s’élève à 1,23%, pour les offres en tarifs bleus résidentiels et non résidentiels. Ce qui propulserait la hausse annuelle à 7,2%.

La nouvelle vague n’est plus due à l’augmentation des prix sur les marchés de gros de l’énergie et au doublement du prix des garanties de capacité comme en février. Elle est imputable en quasi-totalité, selon la CRE, à l’impact dans les comptes d’EDF des certificats d’économies d’énergie (CEE). Lesquels ne sont vraiment plus en odeur de sainteté chez le régulateur. Il alerte le gouvernement ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.