Canicule : fuel et charbon relancés, nucléaire à la peine, l’effacement négligé

Print Friendly, PDF & Email
La centrale à charbon d’EDF à Cordemais (Loire-Atlantique)

RTE s’était montré confiant. Trop confiant. Lundi dernier, alors que débutait l’épisode de canicule, le gestionnaire du réseau d’électricité s’attendait à « une production suffisante pour répondre aux besoins d’électricité ». Mais le scénario ne s’est pas tout à fait déroulé comme prévu. Hier 24 juillet, la France a même été importatrice nette d’électricité tout au long de la journée, entre 10h et 19h d’après les données de RTE. Avec une puissance importée dépassant 1 GW entre 12h et 17h, et un pic à 2 GW. Aujourd’hui 25 juillet, la journée démarrait de façon analogue, puisque la France importait dès 9h15.

Pour faire face à la pointe de consommation estivale, avec une production inférieure aux prévisions, la France a fait appel aux pays voisins, mais aussi à...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.