Fournisseurs alternatifs: ekWateur attire 10,6 M€ de plus

Print Friendly, PDF & Email

Avec un peu de retard, pari réussi pour ekWateur. Le fournisseur alternatif d’électricité verte et de gaz d’origine en partie renouvelable a bouclé mercredi dernier sa deuxième levée de fonds, après une première augmentation de capital de 2 M€ en janvier 2017. Cette fois, il collecte 10,6 M€, dont 8,7 M€ en provenance d’investisseurs professionnels, le solde étant apporté par le financement participatif sur Sowefund et par quelques investisseurs individuels, avec des tickets entre 100 € et 100 000 €.

Quant aux grands actionnaires arrivés en 2017, en l’occurrence la société de gestion Aster Capital, BNP Paribas et Bouygues Telecom, ils participent à la collecte mais sont ici rejoints par ...

Mantu, une société française de conseil technologique (6 500 collaborateurs annoncés) qui se diversifie dans l’investissement corporate. Au capital d’ekWateur, Mantu occupe une position équivalente à celle d’Aster (aussi doté de droits de vote), devant BNP Paribas et Bouygues Telecom, en compagnie de salariés et des deux fondateurs Jonathan Martelli et Julien Tchernia, dont la première partie de carrière s‘est d’ailleurs en partie déroulée dans le conseil technologique.

Marché inquiétant mais pilotage rassurant

Annoncée pour le début de l’année, l’opération a un peu tardé du fait des interrogations de Mantu sur la météo énergétique, de type « gros temps » ces derniers mois et dangereuse pour les petits esquifs. Elle a été marquée l’année dernière par l’envolée des cours de l’électricité et un accès disputé au nucléaire resté bon marché, entre les concurrents d’EDF. Selon Julien Tchernia, le nouvel investisseur Mantu a justement été rassuré par la capacité d’ekWateur à redresser ses résultats (des pertes potentielles lourdes sur les ventes d’électricité) dans un environnement peu favorable puis à relancer son marketing.

Le fournisseur, qui s’estime au 5e rang du marché, proche d’Enercoop et de Leclerc, annonce 75 000 compteurs actifs et 100 000 unités à partir de 2020, grâce aux contrats publics remportés tout récemment. EkWateur a d’ailleurs l’intention de décrocher d’autres « achats groupés », en particulier un ou plusieurs lots de l’opération d’UFC-Que Choisir le 10 septembre prochain. Très attendue, cette nouvelle compétition entre fournisseurs affiche déjà, à ce jour, plus de 150 000 consommateurs inscrits.

Ambitions dans l’autoconsommation

L’argent apporté par les actionnaires doit alimenter les efforts commerciaux et les recrutements d’une société qui emploie maintenant 35 personnes et continue à envisager la rentabilité à un niveau compris entre 150 000 et 200 000 compteurs alimentés, une prochaine levée de fonds étant envisageable début 2021. Pour l’instant, une campagne de publicité se prépare, pour la rentrée et en partie à la télévision sans doute.

Mais les fonds vont aussi servir à approfondir certaines offres offres actuelles. Deux en particulier devraient être améliorées. D’une part le suivi des consommations pour les clients, avec un site et une application ripolinés, assortis de fonctions premium payantes et de bases de comparaison plus fines entre les profils, assure Julien Tchernia. De l’autre, l’autoconsommation solaire, ekWateur se préparant à vendre des panneaux photovoltaïques en direct – à petits prix selon le co-fondateur – pour racheter une portion de l’énergie produite, ce que le fournisseur fait déjà à petite échelle.

L’ensemble devrait être complété par des efforts renouvelés sur la vente croisée d’électricité et de gaz : « en parallèle, nous ne lâchons pas le marché du gaz, qui représente 20% de nos compteurs contre 15% il y a six mois. La moitié de nos nouveaux clients souscrivent les deux énergies, contre 20% début 2018 », souligne le dirigeant.