EDF RE plus fort dans l’éolien marin, ses concurrents s’interrogent sur les écarts de prix

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : EDF RE)

Journée faste pour EDF Renouvelables et ses ambitions dans l’éolien en mer. La filiale de l’électricien national, en partenariat avec l’énergéticien Innogy et le spécialiste des infrastructures canadien Enbridge, décroche le futur projet de 600 MW de Dunkerque. Elle lance aussi celui au large de Saint-Nazaire, gagné en 2012 et purgé de recours la semaine dernière. Ce succès sur le littoral Nord est une surprise. EDF RE se voit crédité d’un quatrième projet éolien marin français, loin devant Engie et Iberdrola, grâce un prix de l’énergie en dessous de 50€/MWh. C’est-à-dire très éloigné des tarifs renégociés à contrecoeur l’année dernière avec le gouvernement (142€/MWh en moyenne) pour les projets certes conçus il y a déjà sept ans pour Saint-Nazaire, Fécamp et Courseulles-sur-Mer.

La société dirigée par Bruno Bensasson, prévenue seulement hier soir par le gouvernement, a ainsi pris le meilleur sur ses concurrents, en particulier les consortia Total-Orsted-Elicio, Moulins de Flandre et Eliade (WPD-Vattenfall-CDC). Beau joueur, ce dernier, par la voix de Yara Chakhtoura‏, directrice du secteur Renouvelables de la filiale française de l’énergéticien suédois, remercie et souhaite bon vent aux acteurs du territoire de Dunkerque pour cette nouvelle étape. Mais cette professionnelle reconnaît une déception après plus de de deux ans et demi de travail sur le projet.

Compensation ?

Un sentiment que d’autres concurrents malheureux traduisent en termes plus vifs, en s’interrogeant sur ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.