L’hydrolien est naufragé, les hydroliennes se portent bien

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Hydroquest)

L’immersion de son hydrolienne de 1 400 tonnes fin avril face à Paimpol (Côtes d’Armor) a fourni l’occasion à Hydroquest, par la voix de son président Jean-François Simon, de revenir sur l’écueil tarifaire sur lequel bute la filière. « Nous comparer à l’éolien est un non-sens. L’hydrolien n’a que dix ans d’ancienneté et est encore plus jeune dans sa version marine ; pour sa part, l’éolien en compte quarante. L’échec de Naval Energies est dû ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.