Les réseaux de chaleur et de froid en route vers la « 4G »

Print Friendly, PDF & Email
Le stockage Miroir des énergies du réseau de chaleur de Brest (Crédit : Dalkia).

Inédit, cet état des lieux des réseaux de chaleur et de froid publié hier par l’Ademe. On y trouve notamment une analyse des modèles économiques (à partir de la page 56 dans le document consultable ci-dessous), dans un secteur où construire un projet « relève de la haute voltige », pour reprendre les mots de Nicolas Garnier, délégué général de l’association Amorce, prononcés à l’occasion du congrès européen Euroheat & Power organisé hier et aujourd’hui à Nantes. Ce qui n’a pas empêché le secteur d’investir 160 M€ pour la création ou l’extension des réseaux en 2017, selon l’Ademe, contre 134 M€ l’année précédente ; cela dit, la filière a parfois fait beaucoup mieux : en 2013, le chauffage et le froid collectifs urbains avaient mobilisé 287 M€.

L’Ademe communique aussi les parts de marché actuelles des principaux opérateurs, à commencer par celles de Dalkia (44%), Engie (33 %), Coriance et Idex (7 % chacun), entre autres. Présents au congrès Euroheat & Power, ces acteurs y donnent l’occasion de ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.