Emissions de CO2 : pourquoi la baisse en France est à relativiser

Print Friendly, PDF & Email
© DLRitter, RGBStock

François de Rugy s’est empressé de se réjouir : « Notre action produit de premiers résultats », s’est réjoui le ministre de la Transition écologique et solidaire sur Twitter. Mais la baisse annoncée des émissions de CO2 en France est à prendre avec des pincettes. Selon les premières estimations d’Eurostat, publiées ce 8 mai, les émissions tricolores liées à la consommation d’énergie ont diminué de 3,5% en 2018 par rapport à 2017. La France aurait ainsi été responsable de 10% des émissions de l’Union européenne l’an dernier. Ce qui la place en quatrième position, ex-æquo avec l’Italie et derrière l’Allemagne (22,5%), le Royaume-Uni (11,4%) et la Pologne (10,3%).

Des données trompeuses

Mais ces résultats – encore provisoires – sont à relativiser. Et pour plusieurs raisons. D’abord, quand il s’agit de...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.